NICHOLAS SPENCER : CHAMPION PILOTE 2018 EN CLASSE 4RM PRODUCTION

NICHOLAS SPENCER : CHAMPION PILOTE 2018 EN CLASSE 4RM PRODUCTION

01/14/2019

Texte de Dean Campbell, photos d’Andrew Snucins et Dean Campbell

Nicholas Spencer attendait en ligne au Tim Horton’s à Merritt (BC), durant le Pacific Forest Rally 2012 quand quelqu’un a attiré son œil. Il s’est retourné et-tout un hasard-son pilote de rallye préféré était là, à boire un café.

Spencer avait entendu parler de Pat Richard et de sa sœur Nathalie. Tout comme l’équipage frère-sœur, Spencer avait grandi en Nouvelle-Écosse, mais il se sentait un peu intimidé de croiser une légende de son coin dans un café.

« Je suis allé le voir et je lui ai demandé si je pouvais lui poser quelques questions », raconte Spencer, qui participait à son premier rallye national, le PFR, comme pilote. Et Richard a accepté, puisqu’il n’avait rien à faire pendant que son équipe de service préparait la voiture pour la boucle de spéciales suivante.

« Les trucs qu’il m’a donnés alors m’ont vraiment aidé à m’amuser et bien finir », se souvient Spencer, champion pilote 2018 en classe 4RM Production. « Je me remémore encore ce qu’il m’a dit avant chaque spéciale. »

 
 

« ¨Apprends à freiner du pied gauche, aie confiance dans les notes, utilise toute la largeur de la route, regarde loin devant¨ font partie de ce qu’il m’a dit et que je me répète encore aujourd’hui », résume Spencer.

Richard lui a aussi donné d’autres conseils. Il lui a dit de ne pas se mettre trop de travers s’il voulait aller vite – “c’est juste pour les fans” – et que, pour apprendre la limite, il faut aller loin, très loin, dans le virage jusqu’à mettre une roue hors-piste, puis tu reviens un peu.

« Pour moi, Pat est une superstar, alors de m’asseoir avec lui, c’était fantastique », a avoué Spencer.

 
 

Après être déménagé dans l’Ouest, à Crowsnest Pass, dans les Rocheuses, Spencer a entrepris sa propre carrière en rallye, en 2010, comme bénévole au Rocky Mountain Rally, où il a mis son expérience de premier répondant à profit.

Un peu plus tard, Spencer a rencontré Taylor Nelson lors d’un événement d’auto-cross et ils se sont mis à parler de rallye. Nelson a offert de l’aider s’il voulait se mettre au rallye. Peu après, Spencer a échangé une moto de hors-piste contre une Impreza à conduite à droite. Avec l’aide d’un ami, Spencer l’a transformée en voiture de rallye, construisant leur propre cage. Le PFR 2012 a constitué leur baptême du rallye, avec une 13e place dans le régional Merritt by Night, puis une 14e dans l’autre régional, le Helmer by Day.

C’est à ce même rallye que Spencer a rencontré Azam Deen. Ils sont devenus amis et, quelques années plus tard, Deen a décidé de se débarrasser de sa Subaru de rallye. Ils en sont venus à un arrangement, Spencer offrant son Impreza et quelques billets contre la voiture de Deen, une Subaru plus récente.

Spencer a obtenu son premier podium avec cette voiture au Rocky Mountain Rally où il affichait une livrée spéciale. Sa fille avait couvert les côtés de la voiture d’autocollants Princess !

 
 

L’échange suivant a fait passer Spencer et David Ma, son copilote, dans une Subaru STI 2015 parce que, pour avoir droit aux bourses de soutien offertes aux États-Unis, les compétiteurs devaient avoir un châssis plus récent. Sous certains aspects, cette voiture est un pas en arrière.

« Quand je l’ai eue, elle avait encore la caméra de recul et le climatiseur », se rappelle Spencer. « J’ai dû construire le reste. J’ai bien fait avec cette voiture, mais elle est moins puissante et un peu plus lourde, comparée à celle de quelques autres compétiteurs. »

« Quoi que je fasse sur cette voiture, à ce point-ci, la poussera en classe Ouverte au Canada.

Spencer est un grand défenseur de la classe 4RM Production. Il avait commencé en classe Ouverte avant de passer à la classe Production, plus restrictive.

« C’est une très bonne façon de s’initier au rallye, et plus économique que la classe Ouverte », a expliqué Spencer.

Le règlement plus restrictif de la classe Production permet aussi de normaliser l’équipement, laissant ainsi le pilote et le copilote prouver leur vraie valeur.

« On a connu de belles luttes au fil des ans », nous confie Spencer. « On a commencé par compétitionner contre des gars comme Stu Ford et Wim van der Poel, et on était si proches qu’on ne pouvait pas se permettre la moindre petite erreur si on voulait gagner. »

 
 

« Puis Leo est arrivé et nous a battu pendant quelque temps. Aujourd’hui je cours contre Nicolas Laverdière, du Québec, et on a de très belles luttes. »

Compétiteurs en spéciale, Spencer et Laverdière connaissent une belle amitié. Spencer achète ses fournitures chez Laverdière – « Je veux qu’il ait de l’argent pour continuer de courir », justifie Spencer. Les deux amis ont parlé de passer à la classe 4RM Ouverte et c’est ce qu’ils feront en même temps.

 
 

Depuis qu’il fait du rallye, Spencer est très conscient de tout le soutien qu’il a reçu et ce soutien, il le rend bien. Il prendra congé pendant la majeure partie de 2019 pour préparer sa voiture, mais surtout pour passer du temps en famille.

« Au cours des cinq dernières années, ma famille m’a vraiment soutenu », dit Spencer. « Il y a eu des moments où ma femme devait penser qu’elle était monoparentale. Je veux passer du temps avec elle et avec mes enfants. »

L’année 2018 est devenu un véritable défi lorsque, au printemps, sa remorque de course a été volée. Il venait de consacrer beaucoup de temps et d’argent à remplacer les pièces de secours, la nouvelle voiture n’ayant rien de compatible avec l’ancienne.

« Se faire tout voler nous a vraiment fait ramer », a admis Spencer.

Spencer et Ma seront toujours présents à certains rallyes dans l’ouest, à travailler leurs notes dans les reconnaissances, à encourager les amis et peut-être à aider les bénévoles qui lui ont permis de faire du rallye. Et il se pourrait qu’il emmène sa famille.

« Le rallye peut aussi être un sport de famille, mais il faut s’y prendre correctement, assure Spencer. Il remercie son beau-père pour toute l’aide qu’il a reçue au fil des ans, reconnaissant qu’il est temps de rembourser tout ce soutien. Il passera plus de temps à la maison, à Crowsnest Pass, mais il continuera de voyager jusqu’à Lethbridge pour travailler au service d’incendie.

Assurez-vous de suivre le Championnat canadien de rallye sur Facebook, Instagram et Twitter, et préparez-vous à l’ouverture de la nouvelle saison avec le Rallye Perce-Neige, les 1er et 2 février 2019, à Maniwaki (Qc).

 

Subjets Connexes

Brandon Semenuk et John...
Brandon Semenuk et John Hall ont remporté le Rocky Mountain Rally, à Invermere (Colombie-Britannique). Après...
Semenuk maintient une petite...
Après une première journée caractérisée par des spéciales détrempées, boueuses et glissantes au Rocky Mountain...
L’ESTAGE ET OCKWELL VICTORIEUX...
Antoine L’Estage et Alan Ockwell reviennent au Championnat canadien de rallye de la seule façon...
KAREL CARRÉ ET SAMUEL...
Karel Carré s’est rap9dement fait connaître pour repousser ses limites, parfois avec succès, et d’autres...